L'équipe Demopaedia sera présente à la Conférence internationale sur la Population de Busan.
Si vous vous rendez à cette conférence, venez assister à notre communication orale qui aura lieu le mardi 27 août de 15h30 à 17h00 (Bexco, pièce 213, Glass Hall, 2e étage). Le nouveau dictionnaire coréen sera également présenté lors d'une conférence organisée par la Fédération coréenne de planification familiale (PPFK) sur "les questions de population & de l'aide publique au développement" (ouverte à tous) à 19h00 (Bexco, pièce 110).

Vous pouvez télécharger les volumes français, anglais, italien, thaï en différents formats électroniques ou les commander sur papier à prix coûtant.

15

De Demopædia
Aller à : navigation, rechercher


Limite de responsabilité : Les définitions proposées dans le dictionnaire ont fait l'objet d'un large consensus parmi les démographes mais ne sont pas obligatoirement approuvées par les Nations Unies.

Prière de se référer à la page de discussion pour d'éventuels commentaires.


Introduction à Demopædia | Mode d'emploi | Téléchargements
Préface | Index général | Introduction
Chapitres : 1. Généralités (index du chapitre 1, pages : 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16)
2. Élaboration des statistiques démographiques (index 2, 20, 21, 22, 23)
3. État de la population (index 3, 30,31, 32 | 33 | 34 | 35)
4. Mortalité et morbidité (index 4, 40, 41, 42, 43)
5. Nuptialité (index 5, 50 | 51 | 52)
6. Fécondité (index 6, 60, 61, 62, 63)
7. Mouvement général de la population, reproduction (index 7, 70, 71, 72, 73)
8. Mobilité spatiale (index 8, 80, 81)
9. Démographie économique et sociale (index 9, 90, 91, 92, 93)


150

La série des valeurs prises au cours du temps par une certaine variable (131-5) - ex. nombre mensuel des naissances - constitue ce qu’on appelle une série chronologique1. L’examen d’une série chronologique permet parfois de distinguer une tendance2, ou tendance générale2, ou tendance à long terme2, ou mouvement général2, et de le dégager des variations3, fluctuations3, ou mouvements particuliers3 qui s’y superposent. Lorsqu’un mouvement particulier se reproduit plus ou moins semblable à lui-même à intervalles à peu près réguliers, on dit qu’on a affaire à un mouvement périodique4, ou mouvement cyclique4. Le cas le plus usuel en démographie est celui des mouvements à périodicité annuelle, liés à l’alternance des saisons, d’où leur nom de mouvements saisonniers5, ou variations saisonnières5. Les irrégularités6 qui subsistent lorsqu’on a rendu compte des mouvements susceptibles d’être définis constituent les variations résiduelles6. On les appelle souvent variations accidentelles6 pour marquer leur caractère imprévisible, et on peut y comprendre les perturbations6 dues à des phénomènes exceptionnels, à une mobilisation par exemple. Lorsque le nombre des observations est relativement faible, tout ou partie des irrégularités qui se manifestent dans une série numérique, peuvent parfois être attribuées à l’intervention du hasard : on dit alors qu’on se trouve en présence de variations aléatoires7, ou fluctuations aléatoires7.

  • 1. Certains auteurs emploient l’expression chronique.
  • 2. Ne pas confondre ce sens de l’expression mouvement général, avec celui qu’elle revêt dans : mouvement général de la population (201-9).
  • 3. Noter que le mot variation employé sans qualificatif a un sens très général et peut s’appliquer à toute modification de la valeur d’une grandeur.
  • 4. Périodique, adj. - période, s.f. - périodicité, s.f. cyclique, adj. - cycle, s.m.
  • 5. Ces expressions sont parfois utilisées au sens de 150-4, l’adjectif saisonnier étant alors dépouillé de son sens originel.
    Noter que le mot saisonnier s’emploie aussi comme s.m. au sens de travailleur saisonnier (cf. 356-4*).
  • 6. Irrégularité, s.f. - irrégulier, adj.
    perturbation, s.f. - perturber, v.t. - perturbateur, adj.
  • 7. Aléatoire, adj. : soumis à l’influence du hasard; faisant intervenir le hasard (cf. 161-1).

151

On éprouve parfois le besoin de substituer à une série de données (cf. 130-2) résultant de l’observation, une série de valeurs plus régulière, dite ajustée1. Le principe de l’ajustement1, ou lissage1, consiste à faire passer une courbe régulière, au plus près de l’ensemble des points représentatifs de la série brute (131-1*). Dans l’ajustement graphique2, la courbe est tracée au jugé; dans l’ajustement analytique3, elle représente une certaine fonction préalablement choisie, dont les paramètres sont déterminés algébriquement, par exemple par la méthode des moindres carrés4, qui consiste à rendre minimale la somme des carrés des écarts des observations à la courbe d’ajustement. Parmi les autres méthodes mathématiques d’ajustement, mentionnons celles qui font usage de la moyenne mobile5, pondérée ou non, et du calcul des différences finies6. Certains procédés d’ajustement peuvent être utilisés pour l’interpolation7, c’est-à-dire pour la détermination de points intermédiaires entre des points connus, ou pour l’extrapolation8, c’est-à-dire pour la détermination de points situés hors du champ d’observation.

  • 1. Ajuster, v.t.; on dit tantôt : ajuster une série d’observations par une courbe, tantôt ajuster une courbe à une série d’observations.
  • 7. Interpolation, s.f. - interpoler, v.t.
  • 8. Extrapolation, s.f. - extrapoler, v.t.

152

On observe fréquemment une tendance des personnes interrogées à donner leurs réponses en nombres ronds1. Ce phénomène est connu sous le nom d’attraction des nombres ronds2 et s’étend à d’autres nombres attractifs3 qu’aux multiples de 10, par exemple aux multiples de 5 ou à certains nombres pairs. On peut l’étudier à l’aide d’indices d’attraction4 (cf. 132-4). Les âges ont souvent besoin d'être corrigés également en raison d’erreurs de déclaration de l’âge 5★, de biais de déclaration de l'âge 5★ ou de déclarations inexactes de l'âge 5★.

  • 1. Rond, adj. : se dit, à proprement parler, d’un nombre terminé par un zéro - arrondir (v.t.) un nombre : lui substituer le nombre rond le plus voisin - arrondi, pp. ff. s.m.

153

Les valeurs numériques des fonctions démographiques (cf. 432-2 et 634-2) sont généralement présentées sous forme de tables1 : p. ex. tables de mortalité (432-1), tables de nuptialité (522-1), tables de fécondité (639-2). On distingue les tables du moment2, fondées sur des observations recueillies pendant une certaine période, d’ordinaire assez étroitement limitée, et les tables de cohorte3, ou tables de promotion3, ou tables longitudinales3, fondées sur l’observation d’une cohorte (116-2) tout au long de son existence. Les tables de génération3 constituent un cas particulier des tables de cohorte. Dans les tables à extinction multiple4, plusieurs événements non renouvelables (201-4) interviennent simultanément, premier mariage (514-8) et mortalité des célibataires par exemple; les plus courantes de ces tables sont les tables à double extinction4. Les tables perspectives5 donnent des valeurs numériques des fonctions démographiques, probabilité de survie (431-6) par exemple, directement utilisables pour le calcul de perspectives (cf. 720-2). Dans le cas où la population étudiée est simultanément soumise à des événements susceptibles de la faire croître et décroître, on établit des tableaux entrées-sorties 6★ ou tables multi-états 6★.

154

Lorsque les données disponibles ne permettent pas de préciser avec exactitude la valeur d’une quantité, on peut parfois estimer1 celle-ci avec une plus ou moins grande précision. L’opération correspondante est dénommée estimation2, et son résultat, ou valeur estimée3, est souvent appelé également estimation3 de la valeur en cause. Fréquemment employé comme synonyme d’estimation, le mot évaluation4 s’applique aussi à des valeurs plus conjecturales, ne reposant parfois sur aucune donnée digne de foi, et n’ayant pour mérite que d’indiquer l’ordre de grandeur5 de la valeur envisagée.

  • 4. Évaluation, s.f. - évaluer, v.t.
    En anglais, évaluation a le sens beaucoup plus large d’« appréciation d’ensemble de la qualité de ... ».

155

Pour illustrer un exposé, on peut recourir à divers modes de représentation graphique1 : la démographie fait grand usage de diagrammes2, graphiques2 ou figures2 et de cartogrammes3 ou cartes statistiques3. Elle utilise aussi des schémas4, figures simplifiées qui ne visent qu’à éclairer un exposé, sans prétendre représenter fidèlement la réalité. Un graphique dont l’un des axes est à l’échelle logarithmique, l'autre restant à l’échelle arithmétique, est semi-logarithmique5 ; mais il est souvent incorrectement dénommé graphique logarithmique5. Dans un graphique logarithmique6, les deux axes sontà l’échelle logarithmique ; pour éviter toute confusion, il peut être bon de préciser alors : graphique double-logarithmique6. Pour représenter les distributions (144-1), on utilise, entre autres le polygone de fréquence7, obtenu en joignant successivement par des segments rectilignes les points figuratifs des fréquences (144-3) de classe ; l’histogramme8, où chaque fréquence de classe est figurée par la surface d’un rectangle ayant pour base l’intervalle de classe (cas des variables continues (143-1)) ; ou le diagramme en bâtons9, où chaque fréquence de classe est figurée par un segment de longueur proportionnelle à cette fréquence (cas des variables discrètes - 143-3) ou encore la courbe des fréquences cumulées 10★.

  • 3. Carte, s.f. - cartographique, adj.

* * *

Introduction à Demopædia | Mode d'emploi | Téléchargements
Préface | Index
Chapitres : Introduction | 1. Généralités (index du chapitre 1) | 2. Élaboration des statistiques démographiques (index 2) | 3. État de la population (index 3) | 4. Mortalité et morbidité (index 4) | 5. Nuptialité (index 5) | 6. Fécondité (index 6) | 7. Mouvement général de la population, reproduction (index 7) | 8. Mobilité spatiale (index 8) | 9. Démographie économique et sociale (index 9)
Pages : 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 20 | 21 | 22 | 23 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 40 | 41 | 42 | 43 | 50 | 51 | 52 | 60 | 61 | 62 | 63 | 70 | 71 | 72 | 73 | 80 | 81 | 90 | 91 | 92 | 93