L'équipe Demopaedia sera présente à la Conférence internationale sur la Population de Busan.
Si vous vous rendez à cette conférence, venez assister à notre communication orale qui aura lieu le mardi 27 août de 15h30 à 17h00 (Bexco, pièce 213, Glass Hall, 2e étage). Le nouveau dictionnaire coréen sera également présenté lors d'une conférence organisée par la Fédération coréenne de planification familiale (PPFK) sur "les questions de population & de l'aide publique au développement" (ouverte à tous) à 19h00 (Bexco, pièce 110).

Vous pouvez télécharger les volumes français, anglais, italien, thaï en différents formats électroniques ou les commander sur papier à prix coûtant.

30

De Demopædia
Aller à : navigation, rechercher


Limite de responsabilité : Les définitions proposées dans le dictionnaire ont fait l'objet d'un large consensus parmi les démographes mais ne sont pas obligatoirement approuvées par les Nations Unies.

Prière de se référer à la page de discussion pour d'éventuels commentaires.


Introduction à Demopædia | Mode d'emploi | Téléchargements
Préface | Index général | Introduction
Chapitres : 1. Généralités (index du chapitre 1, pages : 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16)
2. Élaboration des statistiques démographiques (index 2, 20, 21, 22, 23)
3. État de la population (index 3, 30,31, 32 | 33 | 34 | 35)
4. Mortalité et morbidité (index 4, 40, 41, 42, 43)
5. Nuptialité (index 5, 50 | 51 | 52)
6. Fécondité (index 6, 60, 61, 62, 63)
7. Mouvement général de la population, reproduction (index 7, 70, 71, 72, 73)
8. Mobilité spatiale (index 8, 80, 81)
9. Démographie économique et sociale (index 9, 90, 91, 92, 93)


301

L’étude de l’état de la population (201-8) comprend celle de la localisation du peuplement1 (cf. 811-6*), et celle de la structure (101-2) de la population. Toute population vit sur un certain territoire2, et l’on étudie sous le nom de répartition territoriale3, ou répartition géographique3, ou répartition spatiale3, la façon dont elle s’y trouve répartie. ’

302

Le territoire (301-2) sur lequel vit une population peut être fractionné en divisions territoriales1 selon divers critères. Les statistiques démographiques (130-1) sont souvent établies par divisions administratives2, ou unités administratives2 (cf. § 303); mais on considère aussi la répartition de la population par régions3 et par zones4, définies d’après des critères géographiques, économiques ou sociologiques. Les mots région et zone peuvent d’ailleurs s’appliquer à des territoires d’étendues très diverses. Ainsi l’expression région naturelle5 doit souvent s’entendre au sens de petite région présentant une unité géographique — correspondant alors à une ancienne acception du mot pays5 (cf. 305-1) que les géographes tendent à rajeunir —, mais peut parfois désigner une véritable zone climatique. Le territoire d’un État (305-3) peut être divisé en régions économiques6; en France, celles-ci sont d’ordinaire conçues de façon telle qu’elles s’étendent sur plusieurs départements (303-3). L’expression aire naturelle7, désigne, en écologie humaine (104-5), le territoire de répartition d’un groupe présentant certains caractères; l’emploi du qualificatif naturel, en l’occurence, s’explique par l’origine biologique de l’expression.

  • 2. Pour serrer de plus près la réalité démographique, la statistique française effectue certains dépouillements par unités de peuplement (cf. 811-6*), englobant sous cette dénomination unique à la fois les agglomérations multicommunales (307-1) et les communes (303-F-1) non comprises dans de telles agglomérations.

303

Les divisions territoriales (302-1) peuvent varier beaucoup d’un pays à l’autre et, au cours du temps, dans un même pays, de sorte que le même mot peut s’appliquer à des réalités différentes. En Europe et à Haïti, la plus petite unité est la commune1 ; au dessus, on trouve une hiérarchie de subdivisions d’importance souvent très inégale, dont une, la province2 (Belgique), le département3 (France et Haïti), le canton4 (Suisse), est fondamentale; les subdivisions intermédiaires, cantons5 et arrondissements6 (Belgique, France, Haïti), districts7 et cercles 11★ (Suisse), ont moins d’importance. Au Canada, les principales unités administratives sont la municipalité8, le comté9 et la province10. En Afrique francophone, la dénomination des divisions administratives, bien qu’elle soit influencée par celle de la Belgique ou celle de la France, peut s’en écarter.

  • 3. La région, groupant plusieurs départements, prend une importance croissante.
  • 4. Les cantons suisses jouissent d’une autonomie comparable à celle d’un État au sens de 305-5. Il en est de même des provinces du Canada.
DIVISIONS TERRITORIALES AU 1er JUILLET 1972
DES PAYS AFRICAINS FRANCOPHONES
 
PAYS DIVISIONS ADMINISTRATIVES SUCCESSIVES
 
Algérie Départements
(Willayas)
Arrondissements
(Daîras)
Communes
(Belladias)
Burundi Provinces Arrondissements Communes Collines
Cameroun Provinces Départements Arrondissements
et districts
Centrafrique Préfectures Sous-préfectures
et postes de
contrôle administratif
Communes Villages
Comores Iles Cantons Villages
Congo Régions Districts Villages
Côte d'Ivoire Départements Sous-préfectures Villages
Dahomey (Bénin) Départements Sous-préfectures Arrondissements Villages
Djibouti Cercles
Gabon Régions Districts et postes
de contrôle
administratif
Cantons Villages
Guinée Délégations Régions Postes
administratifs
Villages Hameaux
Haute-Volta Départements Cercles Subdivisions et
postes
administratifs
Villages
Madagascar Provinces Préfectures Sous-préfectures Communes
ou cantons
Villages
Mali Régions Cercles Arrondissements
Maroc Provinces et
préfectures
Supercaïdats Caïdats
Mauritanie Régions Cercles Subdivisions
Niger Départements Arrondissements Communes
Rwanda Préfectures Communes
Sénégal Régions Départements Arrondissements
et communes
Villages
Tchad Préfectures Sous-préfectures Postes adminis-
tratifs
ou arrondis-
sements
Villages
Togo Régions Circonscriptions Cantons Centres de
peuplement
Tunisie Gouvernorats
et la ville de
Tunis
Délégations Cheikhats et
communes
Zaïre Provinces
et la ville
de Kinshasa
Districts Territoires

304

Une population est dite sédentaire1 lorsqu’elle vit à demeure dans des habitations (101-5*) fixes, nomade2 lorsqu’elle ne cesse de se déplacer d’un lieu à l’autre, et semi-nomade3 lorsqu’elle ne vit qu’une partie de l’année dans des habitations fixes. Dans quelques pays, certaines portions du territoire sont constituées en réserves4, où des groupes peu évolués peuvent continuer à vivre selon leurs traditions ancestrales.

  • 1. Sédentaire, adj. ff. s.m. - sédentarité, s.f.
  • 2. Nomade, adj. ff. s.m.- nomadisme, s.m.

305

A proprement parler, le mot pays1 désigne un territoire (301-2), le mot nation2 un ensemble d’individus liés par un passé commun et vivant sur un même territoire, et le mot État3 (toujours pourvu d’une majuscule en cet emploi) une entité politique; mais lorsqu’il y a correspondance intime entre le pays, la nation et l’État, il n’est pas rare qu’on confonde les trois mots dans leurs emplojs. De l’État au sens précédent, qu’on dénomme alors volontiers État souverain3, il faut distinguer l’État5 constitutif d’un État fédéral4, qui peut avoir une certaine autonomie législative, mais ne jouit pas de l’indépendance politique. Le mot territoire6 recouvre parfois une conception voisine de celle d’État, il s’applique alors à d’anciennes régions colonisées qui ont accédé récemment à une indépendance plus ou moins complète; on distingue à cet égard les territoires autonomes7 et les territoires non autonomes8.

  • 2. Nation, s.f. - national, adj. ff. s.m. 48

306

Le mot agglomération1 peut s’appliquer à tout ensemble compact de maisons d’habitation, quelle que soit sa taille. Le mot localité1 parfois synonyme de commune (303-F-1), peut s’employer dans le même sens bien qu’il s’applique de préférence à des agglomérations de dimensions modestes. Un hameau2 est une agglomération rurale constituée d’un petit groupe de maisons. Le village3 est une agglomération rurale plus importante, où apparaît une certaine différenciation économique. On appelle ville4, une commune dans la vie de laquelle les activités agricoles ne jouent pas un rôle essentiel. Ce critère, appliqué non plus aux communes mais aux agglomérations, permet d’établir une distinction entre agglomérations rurales3 et agglomérations urbaines4. La ville où siège le gouvernement d’un État (cf. § 305) est appelée sa capitale5. L’agglomération principale (à tel point de vue, d’ordinaire administratif) d’une certaine division territoriale (302-1) est appelée son chef-lieu6. La division des grandes villes en quartiers7 est parfois sanctionnée par voie administrative, sous des dénominations variées; p. ex. arrondissement7, canton7, section7.

  • 1. La statistique française désigne par population agglomérée d’une commune, la population agglomérée au chef-lieu administratif de la commune et par population éparse, le reste de la population de la commune, y compris éventuellement la population des agglomérations distinctes de celle du chef-lieu. Lorsque ces dernières sont assez importantes, leur existence est souvent sanctionnée administra-tivement par la constitution de sections de commune. Une agglomération de faible importance, dépendant du chef-lieu du territoire sur lequel elle se trouve, constitue ce qu’on appelle un écart.
  • 3. Le mot bourg, qui s’appliquait originellement à une localité entourée d’une enceinte fortifiée, désigne généralement aujourd’hui un village plus important que ceux qui l’entourent, jouant pour eux le rôle de centre d’attraction par son marché.
  • 4. En France, les grandes agglomérations des régions sont appelées métropoles régionales.
  • 7. Les arrondissements et cantons des villes françaises sont à distinguer des divisions du territoire comportant des dénominations semblables. Paris est la seule ville française comportant des divisions administratives officiellement dénommées quartiers : on en compte quatre dans chacun de ses vingt arrondissements.

307

Les agglomérations urbaines (306-4) se développent souvent par intégration de localités limitrophes qui perdent progressivement leur autonomie fonctionnelle tout en conservant leur autonomie administrative. Ce processus aboutit à la constitution d’agglomérations multicommunales1, comportant généralement, lorsqu’il s’agit de grandes agglomérations, un noyau urbain2 dirigeant, et des banlieues3 ou zones suburbaines3 à fonctions spécialisées. La conurbation4, par contre, est un ensemble organique constitué de plusieurs agglomérations (306-1), ayant conservé chacune leur individualité et constituant autant d’unités de vie urbaine équilibrée. La fusion de conurbations et de grandes villes conduit à la mégalopole5, qui s’étend sur un très grand territoire. On parle de région métropolitaine 6★ ou d'aire métropolitaine 6★ lorsque ce territoire englobe la capitale d'un pays ou une conurbation d'une grande région ou encore inclut les déplacements domicile-travail.

  • 3. Suburbain, adj. - suburbanisation, s.f. : extension de la zone suburbaine des grandes villes.
  • 6. Il s'agit souvent une délimitation administrative, région métropolitaine de recensement.

* * *

Introduction à Demopædia | Mode d'emploi | Téléchargements
Préface | Index
Chapitres : Introduction | 1. Généralités (index du chapitre 1) | 2. Élaboration des statistiques démographiques (index 2) | 3. État de la population (index 3) | 4. Mortalité et morbidité (index 4) | 5. Nuptialité (index 5) | 6. Fécondité (index 6) | 7. Mouvement général de la population, reproduction (index 7) | 8. Mobilité spatiale (index 8) | 9. Démographie économique et sociale (index 9)
Pages : 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 20 | 21 | 22 | 23 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 40 | 41 | 42 | 43 | 50 | 51 | 52 | 60 | 61 | 62 | 63 | 70 | 71 | 72 | 73 | 80 | 81 | 90 | 91 | 92 | 93