L'équipe Demopaedia sera présente à la Conférence internationale sur la Population de Busan.
Si vous vous rendez à cette conférence, venez assister à notre communication orale qui aura lieu le mardi 27 août de 15h30 à 17h00 (Bexco, pièce 213, Glass Hall, 2e étage). Le nouveau dictionnaire coréen sera également présenté lors d'une conférence organisée par la Fédération coréenne de planification familiale (PPFK) sur "les questions de population & de l'aide publique au développement" (ouverte à tous) à 19h00 (Bexco, pièce 110).

Vous pouvez télécharger les volumes français, anglais, italien, thaï en différents formats électroniques ou les commander sur papier à prix coûtant.

70

De Demopædia
Aller à : navigation, rechercher


Limite de responsabilité : Les définitions proposées dans le dictionnaire ont fait l'objet d'un large consensus parmi les démographes mais ne sont pas obligatoirement approuvées par les Nations Unies.

Prière de se référer à la page de discussion pour d'éventuels commentaires.


Introduction à Demopædia | Mode d'emploi | Téléchargements
Préface | Index général | Introduction
Chapitres : 1. Généralités (index du chapitre 1, pages : 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16)
2. Élaboration des statistiques démographiques (index 2, 20, 21, 22, 23)
3. État de la population (index 3, 30,31, 32 | 33 | 34 | 35)
4. Mortalité et morbidité (index 4, 40, 41, 42, 43)
5. Nuptialité (index 5, 50 | 51 | 52)
6. Fécondité (index 6, 60, 61, 62, 63)
7. Mouvement général de la population, reproduction (index 7, 70, 71, 72, 73)
8. Mobilité spatiale (index 8, 80, 81)
9. Démographie économique et sociale (index 9, 90, 91, 92, 93)


701

On étudie sous le nom de mouvement général de la population (201-9), la façon dont une population se modifie au cours du temps, par le jeu du renouvellement des générations (116-1) qui la composent et par l’effet des migrations externes (803-3). Les variations de son effectif (101-7) global constituent ce qu’on appelle l’accroissement de la population1, ou accroissement total de la population1. On confère généralement une signification algébrique à cette expression : on dit alors d’une population décroissante2 qu’elle a un accroissement négatif3. On distingue les populations fermées4, qui ne sont affectées par aucune migration externe, et les populations ouvertes5, sujettes à des échanges migratoires avec d’autres populations. L’accroissement d’une population ouverte se décompose en un accroissement par migrations6 ou solde migratoire6 et en un accroissement naturel7 (cf. 201-10) résultant de la balance des naissances et des décès8. Cette balance est généralement exprimée sous la forme d’un excédent des naissances sur les décès8 ou d'un déficit des naissances sur les décès 9★. Lorsque la taille d'une population ne varie pas, on parle aussi de croissance nulle 10★(cf. 703-6). Tout changement dans les composantes du mouvement d'une population se répercute sur sa croissance et sur sa structure ; on s’intéresse ainsi aux effets en termes de croissance 11★ et aux effets en termes de structure 12★.

  • 1. On parle aussi de croissance et ce mot, moins technique qu’accroissement, est plus usité dans certaines expressions; on a ainsi beaucoup parlé, récemment, de croissance nulle, ou croissance zéro, expressions qui s’appliquent aux populations dont la taille ne varie pas. D’autres expressions contenant ce mot sont signalées au paragraphe suivant.

702

La vitesse d’accroissement (cf. 701-1) d’une population pendant une certaine période peut être caractérisée par son taux d’accroissement1 pendant cette période. Ce taux est parfois calculé en divisant l’accroissement correspondant à la période considérée, par l’effectif (101-7) de la population au début de la période. D’autres fois l’expression taux d’accroissement doit être considérée comme une abréviation de taux annuel moyen d’accroissement2. Le mode de calcul de ce taux dépend lui-même de la façon dont on le conçoit, en tant que taux moyen. On peut, par exemple, diviser l’accroissement global observé par le nombre d’années d’observation, et rapporter le résultat à l’effectif moyen (401-5) de la population au cours de la période d’observation. On peut aussi adopter comme taux annuel moyen (137-3) la valeur du taux annuel constant correspondant à l’accroissement global observé. Cette dernière procédure se réfère, par analogie, au cas d’une population à croissance exponentielle3 ou population exponentielle4, c’est-à-dire à une population dont l’effectif varie comme une fonction exponentielle du temps. On dit aussi croissance géométrique3 quand le temps est traité en variable discrète. Le taux instantané d’accroissement5 est la limite, quand t tend vers zéro, du rapport obtenu en divisant par t le taux d’accroissement au cours d’une durée t . Le taux d’accroissement naturel6 est généralement défini comme le rapport de l’excédent annuel des naissances sur les décès (cf. 701-8) à l’effectif moyen de la population pendant la période d’observation; il est alors égal à l’excès (algébrique) du taux de natalité (632-1) sur le taux de mortalité (401-2). L’indice vital7, rapport du nombre de naissances au nombre de décès de la même période, est de moins en moins utilisé de nos jours.

  • 4. Dénomination préférable à celle de population malthusienne, à cause de l’ambiguïté résultant des deux sens, mathématique (celui où elle est prise ici) et sociologique (voir § 906) de cette expression.

703

On démontre que si une population fermée (701-4) se trouvait indéfiniment soumise à des lois invariables de mortalité et de fécondité selon l’âge, cette population tendrait à se développer avec un taux d’accroissement (702-1) constant, et à acquérir une répartition par âges (325-6) invariable. Le taux instantané (137-5) limite d’accroissement correspondant, appelé taux intrinsèque d'accroissement naturel1, caractérise cette population exponentielle (702-4) asymptotique, dénommée population stable2. La répartition par âges de la population stable, ou répartition par âges stable3, est indépendante de la répartition par âges initiale4 de la population fermée considérée. Le taux intrinsèque d’accroissement naturel correspondant à la mortalité par âge (414-1) et à la fécondité par âge (cf. 633-9) observées dans une population est utilisé pour caractériser les virtualités de croissance impliquées dans ces conditions de mortalité et de fécondité. Parallèlement, on peut étudier le potentiel d’accroissement5 correspondant aux virtualités de croissance impliquée par la seule répartition par âges d’une population, abstraction faite de sa fécondité et de sa mortalité. En lien avec le potentiel d’accroissement, on a aussi recours à la notion d’inertie d’une population 11★ : on désigne par ce terme la dynamique démographique cachée dans la structure par âge d’une population du fait d'un retard de la réponse démographique, retard dû à la période qui s’écoule entre la naissance d’une cohorte (116-2) et le moment où elle atteint l’âge de la reproduction (620-1). Une population peut ainsi continuer à croître pendant quelque temps alors que la natalité baisse depuis longtemps. L'inverse est également possible. La dynamique intrinsèque d'une population est altérée par des variations discontinues du nombre des naissances (dues par exemple aux guerres) et des retournements brutaux de tendances. On appelle population stationnaire6 une population stable particulière dont le taux d’accroissement est nul. Dans une population stationnaire, non seulement la répartition par âges est invariable, mais l’effectif de chaque classe d’âges demeure constant. Il est donné, à un facteur de proportionnalité près, identique pour toutes les classes d’âges, par l’intégrale, prise entre les limites de classe, de la fonction de survie (432-3) correspondante. C’est pourquoi on appelle parfois cette population, population de la table de mortalité6. On appelle population quasi stable7 une population à fécondité constante et à mortalité variable ; les caractéristiques des populations de ce type sont voisines de celles des populations semi-stables8, ou populations fermées à répartition par âges invariable. La population logistique9 est une population dont l’effectif varie en fonction du temps suivant une loi logistique10. Le taux instantané d’accroissement (702-5) d’une telle population décroît linéairement en fonction de son effectif (101-7) et celui-ci tend asymptotiquement vers une limite.

  • 1. Connu aussi sous le nom de taux de Lotka, du nom de son inventeur il est la différence du taux intrinsèque de natalité et du taux intrinsèque de mortalité.
  • 5. Un indice d’accroissement potentiel permet de repérer la valeur de ce potentiel d’accroissement dans une échelle relative.

* * *

Introduction à Demopædia | Mode d'emploi | Téléchargements
Préface | Index
Chapitres : Introduction | 1. Généralités (index du chapitre 1) | 2. Élaboration des statistiques démographiques (index 2) | 3. État de la population (index 3) | 4. Mortalité et morbidité (index 4) | 5. Nuptialité (index 5) | 6. Fécondité (index 6) | 7. Mouvement général de la population, reproduction (index 7) | 8. Mobilité spatiale (index 8) | 9. Démographie économique et sociale (index 9)
Pages : 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 20 | 21 | 22 | 23 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 40 | 41 | 42 | 43 | 50 | 51 | 52 | 60 | 61 | 62 | 63 | 70 | 71 | 72 | 73 | 80 | 81 | 90 | 91 | 92 | 93